À propos | 65 fans |

AfterEllen - Katherine Moenning

Article datant du mois de mars 2003 / traduction


Prologue

Katherine Moenning joue Shane dans The L Word, la lesbienne qui flirte avec une femme différente chaque nuit parce qu'elle n'aime pas les relations de longue durée. Plusieurs mois avant la diffusion du premier épisode, Moenning a partagé avec nous la perspective de son rôle, la série et pourquoi est-ce qu'elle est devenue une actrice.

 

Interview

AfterEllen.com: Comment décririez-vous l'histoire et le ton de The L Word ?
Katherine Moennig:
Une partie de la beauté de cette série est qu'il se passe beaucoup de choses. Chaque personnage est tellement différent, cela donne pleins de personnalités et au fur et à mesure que l'histoire progresse, on va le remarquer. Ce que j'aime aussi c'est qu'on ne met pas de femmes qui sont cataloguées. L'histoire est vraiment honnête et réaliste, sur la vie et comment elles vivent avec tout ça.

  

AE: Comment décririez-vous Shane, le personage que vous jouez ? Comment s'adapte-t-elle avec les autres personnages ?
KM:
J'essaie toujours de décrire Shane pour moi-même mais de l'autre côté, Shane est quelqu'un de très « sexuel » et elle se sent très bien avec ça. Les opinions des gens sur elle ne la bouleverse pas et elle vit de la manière dont elle a envie et au fond, elle peut avoir qui elle veut, et en même temps, elle est aussi solitaire dans ce qu'elle veut.

 

AE: En quoi êtes-vous semblable ou différente de Shane ?
KM:
Je pense qu'il y a certainement des similitudes entre nous. Il doit y en avoir. Dans chaque rôle que tu joues, tu dois commencer avec toi, depuis le début car tu es la racine. Je peux citer beaucoup de choses par lesquelles elle passe à l'intérieur. Et dans le fait où je diffère d'elle, je pense que j'apprends beaucoup à propos de moi-même.

 

AE: D'après-vous, que sera le plus grand challenge affronté par les acteurs, les producteurs, directeurs de la série ?
KM: Je ne sais pas quel sera le challenge de chaque personne impliquée. Tout le monde est tellement talentueux et fait un travail formidable que je ne pose pas cette question. Je pense que le plus grand challenge sera la réaction du public - bonne ou mauvaise- et comment ensuite agir en fonction de ça.

 

AE: On a entendu dire que toute l'équipe allait extrêmement bien durant le tournage initial; comment l'avez-vous vécu ? Quelqu'un en particulier avec qui vous avez spécialement aimé travailler ?
KM:
C'est effrayant de voir comme tout a été super durant tout le tournage. C'était une famille qui s'était formé pendant 6 semaines pour filmer le pilote.

 

AE : Comment c'était de travailler avec Rose Troche, qui a dirigé le pilote ?
KM:
Rien n'est pire que travailler avec un metteur en scène qui a l'air de traiter un cancer lorsqu'il filme, où tout est sérieux et rigide. Dieu interdit, quelque chose tourne mal et le monde va s'écrouler ! Rose était exactement le contraire de tout ceci; le génie de Rose, son sens de l'humour. Je n'avais encore jamais eu de directeur qui m'a autant fait rire qu'elle. Elle a aussi une telle passion pour l'histoire et les personnages.

 

AE: Dans quel sens pensez-vous que The L Word soit différente de Queer as Folk ? 
KM:
La seule relation entre nos séries est qu'elles ont toutes les deux principalement des histoires avec des personnages gay produites par Showtime. C'est facile de les associer mais je pense que dès que les personnes voient les deux séries, elles vont tout de suite voir que les différences sont évidentes. Pour une, le sujet est les hommes et pour l'autre c'est les femmes. Ceci donne déjà le ton.

 

AE: Comme vous le savez certainement, The L Word est la première série télévisée comprenant exclusivement des personnages lesbiens. Est-ce que vous pensez que ceci reflète une changement à Hollywood ou juste une attente envers la dernière mode ?
KM:
J'espère que cela sera un changement positif à Hollywood et je pense que ça le sera. Lentement mais sûrement, les femmes ont plus leur mot à dire dans les films et à la TV, et je pense que la série va seulement aider à ce sujet-là. Tout revient à Ilène Chaiken, pour avoir créer une aussi magnifique et véritable histoire avec des personnages tridimensionnels. Et pour être honnête, nous donnons une chance de plus de parler à une communauté qui n'a pas tellement eu droit à sa voix dans le passé. Pourquoi ne pas mettre en avant ceci ? Hollywood et la vie en général parlent toujours de timing. C'est le bon moment pour passer cette série sur ce sujet, alors je pense que...pourquoi pas ? Lance-toi dès que c'est le moment !

 

AE: Est-ce que vous pensez que The L Word est présentie pour être un succès (du point de vue des finances et des critiques) ?
KM:
Je prévois la série comme étant économiquement et du point de vue des critiques comme acclamée. En continuant d'ouvrir les esprits, il y aura je l'espère, plus de compassion et d'ouverture envers les autres façons de penser et avec ça, vient l'acclamation financière et des critiques. Nous faisons ça dans l'espoir que cela aura du succès à tous points de vue.

 

AE: Vous sentez-vous concerné par le fait que jouer un personnage lesbien pourrait avoir un impact négatif sur votre carrière ?
KM:
Je ne vois pas ça comme ayant un impact positif ou négative. Je vois ça comme une chance d'explorer une autre partie de moi-même et apprendre quelque chose de positif. Tout est une étape et c'est comme ça que je le vois. Et si c'est un risque et que ça fait un peu peur, c'est une raison de plus de le faire. Juste maintenant, je me concentre sur le fait de donner une expression à mon personnage, et si je le fais, je ne peux pas voir ceci comme une mauvaise chose. Et ce n'est pas parce que je joue ce rôle que je ne peux pas faire autre chose. C'est la beauté d'être acteur.

 

AE: Est-ce que vous appréciez votre expérience d'avoir joué Jake dans Young Americans?
KM:
Oui vraiment. C'était très bien preparé. C'était mon premier boulot, ma première fois devant le front de la camera et je suis juste devenue cette éponge qui absorbait autant que possible. J'ai beaucoup appris durant ce tournage,  et c'était un exécutoire de jouer quelqu'un qui était proche de moi quand j'étais enfant. C'était comme si je fermais la boucle.

 

AE: Est-ce que vous travaillez sur un autre rôle à la tv ou pour un film en ce moment en dehors de The L Word ?
KM:
Juste maintenant, je participe à un épisode de Law and Order: Special Victim's Unit. Un très bon rôle, je suis très contente de l'interpréter.

 

AE: Quel est votre parcours (âge, où vous avez grandi, éducation etc.) ?
KM
: J'ai grandi à Philadelphie, je suis allé à « une école de préparation » pour plusieurs raisons, et ensuite j'ai déménagé à New York quand j'ai eu 18 ans pour étudier.

 

AE: Qu'est-ce qui vous a inspiré pour devenir actrice ? Quels sont les acteurs que vous admirez ?
KM:
Mon (ou ma) meilleur(e) ami(e) a grandi(e) en me mettant une oreillette parlant de jouer. On a crée une improvisation quand on avait 10-11 ans à la bibliothèque. On se jouait nous-même et on s'amusait beaucoup et à ce qui paraît les autres gens aimaient bien aussi. Alors je pense que je peux partir de la bibliothèque pour ensuite dire que j'en ai fait ma vie. Je ne pourrais pas imaginer quelque chose qui me plaise autant. Et pour les gens qui m'ont inspirée ? Quand je regarde quelqu'un et que je les crois vraiment, et ce qu'ils font, c'est inspirant.

 

AE: Mise à part tourner, quels sont vos autres intérêts, hobbies ?
KM:
J'adore peindre, la peinture a un effet calmant.

 

AE: Quel  est votre livre préféré ? Votre film préféré ?
KM:
Mon livre préféré aurait été ce documentaire écrit à propos de la scène musicale des années 70. Il s'appelait « Please kill me ». Les gens impliqués dans cette façon de vivre vivaient le moment présent et s'en fichaient de ce que les autres personnes pouvaient penser d'eux. J'ai bien dû le lire 4 bonne fois. Il y a d'importantes leçons à apprendre que je suis constamment en train d'en apprendre moi-même. Film préféré ? Cela change constamment. Je suis obsédée par le dvd de Six Feet Under en ce moment.

 

AE: Quel a été votre plus grand challenge (personnel ou professionnel) ?
KM:
Mon plus grand challenge est de faire confiance, et vraiment croire en cette confiance, en laissant juste les choses se passer personnellement et professionnellement, et avoir confiance en moi. Mais je m'améliore avec ça.

 

AE: Quelle est la plus grande leçon que vous avez apprise après avoir travaillé à Hollywood ? Un conseil pour les personnes aspirants à devenir acteurs ?
KM:
Honnêtement, je ne suis pas à Hollywood depuis si longtemps que ça pour y être vraiment immergée mais une chose que je sais c'est qu'il ne faut pas se perdre soi-même, il faut rester honnête avec soi-même.

 

 

Ecrit par shane79 
Pub
HypnoQuizz

Teste tes connaissances du 01/09 au 09/11

Activité récente
Extrait vidéo
Actualités
Rediffusion POI - TF1

Rediffusion POI - TF1
Dès aujourd'hui, TF1 rediffuse la saison 1 de Person of Interest,...

Coffret DVD Saison 3 - USA

Coffret DVD Saison 3 - USA
Les coffrets DVD/BR de la saison 3 de Person of Interest (avec Sarah Shahi) seront...

How to Make Loke an Englishman

How to Make Loke an Englishman
Marlee Matlin a rejoint le casting du film How to Make Love Like an Englishman réalisé...

2014 Creative Arts Emmy Awards

2014 Creative Arts Emmy Awards
Jane Lynch a assisté à l'édition 2014 de la cérémonie...

Sondage du quartier Esprit criminel :)

Sondage du quartier Esprit criminel :)
Le sondage du quartier Esprit criminel vient de changer et propose de répondre à la...

Sondage
Programme TV

Le fils du Mask
Sur CinéCinéma Famiz
Demain à 20:45

Tout le programme TV

Top partenaires
HypnoChat